En résumé : Points saillants

  • 20 albums « originaux »
  • 4 compilations
  • 2 disques certifiés « platine »
  • 6 disques certifiés « or »
  • 5 félix (catégorie « meilleur album instrumental de l’année »)
  • 4 dvd tous certifiés « platine »
  • 4 vidéo clip
  • Plus d’un million d’albums vendus
  • Centre bell (2005)
  • Place bell (2017)
  • Spécial télé sur le réseau américain PBS
  • 42 spectacles Casino de Montréal (2004)
  • Trois tournées en inde
  • Concert privé pour le prince Philipp Duc d’Édimbourg
  • 2 tournées pancanadiennes avec le Glenn Miller Orchestra
  • Album double enregistré avec l’Orchestre Philharmonique de Prague (disque « platine »)

Confidences de Richard Abel

Pour Richard Abel, la musique est un baume pour les plaies de l’âme. « C’est un peu comme si je voulais soulager les gens par la musique » dit-il. C’est ainsi qu’il tente de partager ce qu’il a de plus cher avec son auditoire. Comme la musique instrumentale n’a pas de frontières de langue, c’est pour lui le langage universel idéal.

En spectacle, la facilité avec laquelle il communique avec l’auditoire lui vient naturellement. Il se sait chanceux d’avoir ce contact spontané avec le public. Il connaît la difficulté, pour un instrumentiste qui doit se tourner vers son instrument et quitter la foule des yeux, de créer cette intimité entre l’artiste et la salle. Après la musique, les bons films à suspense et psychologiques ainsi que les mots croisés sont ses passe-temps préférés.

Malgré un penchant marqué pour les sucreries, il surveille son alimentation. Richard Abel aime les grands espaces, la science et la culture sous toutes ses formes, les rencontres familiales et les bons documentaires. Il a un seul frère et pas de soeur. Il adore rire (et faire rire!) et se dit chanceux d’avoir un frère qui possède un sens de l’humour particulier et très aiguisé. C’est pourquoi il admire des humoristes comme Daniel Lemire, Ding et Dong, Pierre Légaré et Michel Barette pour ne nommer que ceux-là.

Un de ses plus beaux souvenirs, dit-il, c’est sa rencontre avec Liberace. « Je m’attendais à voir l’artiste, le personnage extravagant. J’ai rencontré un homme simple, chaleureux, une personne qui avait une belle philosophie de la vie. Derrière le rôle qu’il tenait en scène se cachait un homme et un artiste généreux, très humain et surtout très discipliné. Grâce à lui, j’ai appris ce que sont la discipline, la persévérance et le positivisme. Il fut une grande source de motivation pour moi ».

Richard Abel ne supporte pas les disputes, la drogue et l’abus de pouvoir. Il ne fume pas. Il considère que la cigarette tue les gens qu’il aime « à petit feu ». Par-dessus tout, il déteste perdre son temps, étant une personne d’efficacité et de rendement. Il supporte mal l’incompétence. Il est franc, très sociable et ambitieux. Ses défauts? Il dit être parfois impatient, entreprendre trop de choses à la fois et avoir de la difficulté à dire non (ce qu’il a dû apprendre à dire avec son gain à la loto!). Il déteste l’injustice, l’hypocrisie et la mesquinerie et les dénonce avec fougue. Il est toujours profondément touché par le temps des Fêtes. Les cantiques de Noël le plongent dans la mélancolie au point de lui tirer des larmes. Cette sensibilité exacerbée due à une enfance très pauvre signifie pour lui que rendre les gens heureux à cette période de l’année demeure une priorité.

Un Virtuose à la mesure de plus de 25 ans de succès

Enfant, il écoutait sa mère jouer du piano. Aujourd’hui, il cumule plus de 39 ans de carrière, premier enregistrement (45 tours) en 1980, vingt albums, quatre DVD, quatre vidéoclips, deux disques platine, six disques d’or et cinq Félix pour l’album instrumental de l’année (1992, 1997, 2001, 2005-2008).

Malgré son succès phénoménal, le pianiste Richard Abel continue à ne pas se prendre trop au sérieux, mais le talent du virtuose n’en demeure pas moins « sérieusement spectaculaire »! Dès son enfance, la sonorité du piano fascinait Richard Abel et, à 8 ans, il jouait par oreille. Ce n’est qu’à l’âge de 14 ans que le pianiste a commencé ses études classiques de piano tout en jouant, parallèlement, de la musique populaire. À 18 ans, il présente son premier concert et apprécie pouvoir passer aisément de Chopin au boogie-woogie.

Sollicité par les plus grands

Aujourd’hui, sa vitalité et son talent sont reconnus à travers le monde. Il a joué avec les plus grands en faisant les premières parties de la tournée du Glenn Miller Orchestra et de la chanteuse de Broadway, Barbara Cook.

Il a de plus participé au « Gala Miss China« , sans oublier les nombreux concerts donnés en l’honneur de personnalités politiques dont le Prince Phillip (un moment marquant de sa carrière), les présidents du Costa Rica et de l’Islande, la Gouverneure générale du Canada, la très honorable Jeanne Sauvé, ainsi que des premiers ministres fédéraux et provinciaux.

La musique instrumentale est sans frontières et lorsqu’on connaît la fraîcheur et la fougue de Richard Abel, on comprend pourquoi ses talents sont sollicités aux quatre coins de la planète.

Un homme de spectacle

Sa philosophie par rapport à sa carrière: « Je veux avoir du plaisir à effectuer mon travail et je veux le faire sainement. Je me laisse guider par ma carrière et j’irai là où elle me mènera. J’espère pouvoir continuer le plus longtemps possible avec les meilleurs musiciens, car c’est sur scène que je suis le plus heureux. »

Ainsi, à 64 ans, Richard Abel n’a pas envie de s’arrêter. Au contraire, il est en pleine possession de ses moyens, a envie de s’éclater et surtout, d’en mettre plein la vue. Avec plus de 1 000 000 albums vendus au Canada uniquement, Richard Abel suscite un véritable engouement et offre des prestations qui défient toutes les conventions classiques.

Inspiré par l’époustouflant Liberace qu’il a rencontré personnellement à quelques reprises au début de sa carrière, Richard Abel a choisi d’être spectaculaire sur scène en présentant des numéros où l’humour et la dextérité sont en complète synergie. « Entertainer » sans égal, Richard Abel a le « showbiz » au bout des doigts. Sa persévérance et son talent éclatant l’ont conduit sur les plus grandes scènes du monde et le pianiste à bien l’intention de poursuivre sur cette lancée!